ADAMA KANE DIALLO PRESIDENT DES JEUNES DU MOUVEMENT ANDANDO DEFAR NDAR : « LA MAIRIE A UN DEFICIT DE COMMUNICATION ».

0
1269
Installé pour la deuxième fois consécutive à la tête des jeunes du mouvement Andando Defar Ndar d’Abdel Kader Ndiaye, Adama Kane Diallo et ses camarades mènent des tournées de sensibilisation dans les quartiers pour la prochaine présidentielle. Une occasion pour lui de revenir avec nous sur leurs activités politiques, la gestion de la mairie de Saint-Louis,    et ses ambitions personnelles

NDARACTU :PARLEZ-NOUS DE VOS ACTIVITES POLITIQUES.
AKD : Nous sommes toujours en phase de massification dans le département et dans la région de Saint-Louis. Nous continuons à sensibiliser  les populations sur l’enjeu de la prochaine présidentielle, c’est pourquoi nous faisons des porte à porte pour les inviter à aller s’inscrire sur les listes électorales. Le mouvement  des jeunes organise des thé-débats , des conférences dans les quartiers avec nos cellules pour parler des objectifs du mouvement et surtout faire des exposés sur les problèmes des populations et après confectionner des documents que nous remettons au Président Abdel Kader Ndiaye pour qu’il puisse par ses relations apporter des solutions.
NDARACTU : MAIS QU’EST-CE QUI EXPLIQUE SON ABSENCE A SAINT-LOUIS ?
AKD : On ne peut pas parler d’absence  car le mouvement ADN est bien structuré. Les instances se réunissent  tous les quinze jours. Les Présidents de commissions  s’activent sur le terrain et ils rendent compte au bureau qui à son tour imprègne le Président de la situation des activités, qui est souvent à Saint-Louis, dans la discrétion.
NDARACTU : PARTAGEZ-VOUS L’AVIS SELON LEQUEL LA VILLE EST SALE ET MAL ECLAIREE ?
AKD : Il faut relativiser les choses. Il y a des zones où on sent le mal éclairage et l’insalubrité. Il y a d’autres où le travail est bien fait. L’un dans l’autre ceux qui sont élus  doivent appliquer leurs programmes et respecter leurs engagements et promesses. Il faut reconnaître que le problème de la mairie de Saint-Louis n’est autre que le déficit de communication avec les populations. Il faut que le maire  fasse des efforts  en ce sens. Je lui rappelle qu’il avait promis d’éclairer toute la ville et de la rendre beaucoup plus propre. A quelques mois du début de l’hivernage, le maire doit prendre en charge ces questions et surtout l’assainissement comme le cas des HLM. C’est l’occasion pour moi de dire que j’ai été outré et meurtri quand le maire a été hué. On l’avait fait à Feu Ousmane Masseck Ndiaye , à Bamba Diéye et maintenant à Mansour Faye. Cela est devenu une habitude à Saint-Louis, ville réputée par son éducation. Le maire incarne une institution. Si on n’est pas d’accord de sa gestion il y a des voies légales à entreprendre.
NDARACTU : ET VOS AMBITIONS ?
AKD : Je ne me presse pas. J’ai une vision pour ma ville. Mon grand-père paternel Aby Kane Diallo a été maire de cette ville. Donc je pense qu’il est inconcevable que je ternisse l’image de cette ville qui est mon parti politique, mon sang. Ce qui adviendra demain seul Dieu le sait. Je lance un appel aux fils de Ndar Guedj qui sont au Sénégal et dans la diaspora à s’unir autour de l’essentiel et à revenir au bercail pour trouver des solutions aux problèmes de la pêche, du tourisme , et autres secteurs de la cité ancienne.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire