Journée mondiale des personnes âgées : Les retraités du Nord réclament une meilleure prise en charge.

0
454

La journée internationale des personnes âgées célébrée ce Jeudi  est passée  presque  inaperçue à Saint-Louis. La  majeure partie de ces personnes ignorent même cette journée. Si certains d’entre eux vivent leur retraite tranquillement, d’autres par contre jonglent durement pour s’en sortir. C’est pourquoi ils réclament  des structures adéquates  pour leur prise en charge surtout sanitaire. La ville de Saint-Louis a une particularité avec ses personnes âgées. Il est fréquent dans la capitale du Nord de trouver des « grand-place » où des vieux à la retraite se rencontrent pour discuter entre eux. « Les personnes âgées sont oubliées car nous manquons de soutien qu’il faut. Le troisième âge  a besoin d’être accompagné  ce qui n’est pas le cas. J’en veux  pour preuve la journée mondiale des personnes âgées célébrée ce jour. Si tu n’avais pas fait un reportage ici, la journée serait passée pour nous comme les autres jours ordinaires. Malgré tout nous rendons grâce à Dieu » a soutenu le vieux Malick Diouf, un chapelet bien enroulé autour du bras doit. Mais ce n’est pas toujours  l’oisiveté qui gagne les personnes âgées. Puisque certaines d’entre elles pour se tirer d’affaire sont obligées de sortir de leur retraite pour joindre les deux bouts. «  Je suis à la retraite depuis huit ans mais  je suis obligé de faire des dépannages domestiques  pour subvenir au besoin de la famille. Mes grands enfants ont terminé leur formation professionnelle, mais ils n’ont pas encore trouvé de boulot. C’est difficile pour un vieux retraité mais je n’ai pas le choix sinon ma famille ne va pas vivre» a souligné Iba Gueye retraité d’un hôtel de la place. «Je n’ai pas encore de la relève pour prendre en charge  la famille. Les enfants étudient toujours et comme il me reste un peu de force, j’ai ouvert cette boutique pour arrondir les fins du mois avec la modique pension que je reçois » a –t-il renseigné. Cependant tous les retraités rencontrés sont unanimes pour dénoncer la discrimination dont sont victimes ceux des régions de l’intérieur.

Adama SENE

Pas de commentaires

Laisser un commentaire