Wax Sa xaalat:Familles FAYE-SALL: Les contestations d’une légitimité incontestable

0
555

ibrahima diaoLa traversée du désert Wadien fut pour l’actuel Président une épreuve douloureuse et pénible, instructive et porteuse. Mais Macky n’effectua pas ce difficile parcours en solitaire, pour avoir bénéficié de l’accompagnement sincère d’amis fidèles et loyaux qui l’ont soutenu moralement et matériellement au prix de leur carrière, parfois de leur liberté ou de leur vie tout court. Par devoir catégorique à leurs engagements désintéressés, ils exercent aux côtés du Président un pouvoir conquis de haute lutte. Nul ne conteste leur légitimité ou leur mérite. Où était alors la famille du Président durant ces années de braise ? Ses frères et beaux frères, oncles et tentes, cousins et cousines qu’on accuse d’envahir l’appareil d’Etat, étaient-ils acteurs, observateurs ou simplement spectateurs? De leur attitude originelle devra découler leur position actuelle. Y a-t-il un seul sénégalais pouvant aujourd’hui nier l’engagement politique d’hier des familles SALL et FAYE aux côtés du candidat Macky ? Les droits civiques inhérents à leur citoyenneté et pleinement exercés dans l’opposition doivent –ils s’effacer une fois le pouvoir conquis ? Quelle morale ou éthique faut-il convoquer pour décréter l’ensevelissement de ces droits ? Peut-être le délit de parenté que d’aucun évoque subtilement dans leur volonté d’enterrer des ambitions légitimes. Après le Maire Mansour FAYE, Le Maire Alioune Sall souffre de ce « délit de parenté » nouvellement crée par une certaine frange de l’opinion désireuse d’enterrer son passé politique riche en engagement militant aux cotés de son grand-frère d’abord dans And Jef, puis au PDS ensuite à l’APR dont il est un membre fondateur. Pourquoi lui nier le droit de participer à la gestion d’un pouvoir qu’il a contribué à conquérir ? Depuis quand le président de l’Union des Associations d’Elus Locaux est-il devenu le Vice Président décentralisé du Sénégal ? Des arguments emphatiques sont évoqués ça et là pour justifier des thèses politiquement inappropriées, socialement réfutables et juridiquement discriminatoires. Certaines relèvent simplement de la jalousie alors que sa légitimité historique mérite respect et admiration. La famille et la belle famille présidentielles, pour avoir Combattu ensemble et gagné ensemble, peuvent ensemble participer à la gouvernance du pays. Pourquoi vouloir disloquer une unité familiale au nom d’un absolu improductif qui n’est que virtuosité? Leur mérite ne devra trouver de limite que dans leurs capacités à réussir les missions qui leur sont confiées. D’humbles vertueux ils seront, dirigeants adulés ils deviendront ! Contrairement à monsieur Karim WADE dont le cas est souvent évoqué pour critiquer les positions des sieurs Alioune SALL et Mansour FAYE, ces derniers n’ont pas attendu la fin du match pour accaparer les lauriers. Ils ont plongé dans la mare politique en même temps que leur frère ou beau frere. Ils ont affronté le suffrage des populations pour obtenir des mandats électifs qui confèrent confiance et légitimité. Les médisances, calomnies, invectives et autres méchancetés jalonnant ce parcours du combattant dans cette jungle féroce, étalent les visages hideux de leurs auteurs. L’humilité et la modestie comme compagnon consacrent le choix remarquable d’une volonté de proximité avec des citoyens connus et fréquentés depuis le STADE ZERO. Les réformes structurelles engagées par le Président de la république pour répondre aux multiples attentes de ses compatriotes, s’accommodent mal d’une pollution familiale à incidence étatique. Les agissements impunis d’un Karim WADE fort de l’omnipotence de son père ne s’appliquent pas dans notre démocratie fière de ses avancées enviées, fruits de deux alternances paisibles et prometteuses. Alioune SALL ne pollue pas l’appareil d’Etat, il l’aère de son sens élevé de la famille et de l’Etat, deux entités fondamentalement distinctes. Au besoin, Les critiques légitimes et objectives rappelleront toujours avec exigence, la nécessité d’un recadrage des pratiques. Les inquiétudes relatives à une monarchisation rampante de l’Etat relève d’un jugement à priori, inducteur d’un exclusivisme maladroitement envisagé. L’œuvre de construction nationale requiert l’apport de tous les bras et cerveaux disponibles. Point de favoritisme ! Mais aussi point de discrimination ! La famille présidentielle peut et doit participer à la vie nationale. Jusqu’à présent rien dans les comportements et les pratiques n’indique ou n’annonce de possibles déviations préjudiciables à la gestion vertueuse. Cette famille n’est pas un fléau politique….

Mr Ibrahima DIAO

Auditeur international Diplômé

Responsable APR Commune de Fass NGOM

Pas de commentaires

Laisser un commentaire