Contribution/ PRESIDENT MACKY SALL: INCARNATION D’UN LEADERSHIP CONTINENTAL

0
515

        Burkina Faso, Bamako, Nations Unies, Francophonie, CAMES, COP 21… La liste s’allonge parsemée d’activités d’un jeune Président entièrement dévoué aux causes africaines, assis sur un socle national émergent. C’est le signe d’une prise de conscience responsable de cette génération engagée dans une perpétuelle quête du mieux être collectif.

       C’est surtout l’affirmation d’un leadership certain, porté par une jeunesse digne et ambitieuse, résolument tournée vers le progrès national et continental : jeune dans la fonction présidentielle (trois ans), jeune par l’âge (né après les indépendances). « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années ».

         Celui ou celle qui guide, dirige ou oriente, devient une personne bien en vue dans une activité, une entreprise, une organisation, une association, un Etat….. A ce titre le leader, dépositaire d’une légitimité, incarne toujours un espoir. Le leadership est une position de pouvoir. Une posture qui braque sur vous les regards, attire les attentions et nourrit les espoirs. C’est une responsabilité dont l’exercice requiert des qualités.

           L’émergence des grands hommes pouvant accéder au rang d’hommes d’Etat ou changer le cours de leur entreprise et marquer leur époque, ces hommes là, sont la conjonction de compétences adéquates et d’un grand caractère au service de circonstances exceptionnelles.

            La compétence est indéniablement la première qualité d’un leader. Pouvoir sans savoir n’est que ruine d’énergie. Il faut connaitre pour agir, et agir pour transformer et améliorer. Pour s’affirmer en professionnel, l’être humain a besoin de compétences. Le savoir n’étant pas inné, il est acquis ou conquis à travers l’éducation et la formation, qui font germer chez l’enfant les balbutiements d’un leader.

         Le Président Macky SALL pur produit de l’Ecole publique, parfaitement en phase avec les aspirations évolutives, s’emploie de manière obsessionnelle à transmettre son vécu académique.

            Trois Cent Deux (302) milliards de FCFA sont entrain d’être investis dans l’Enseignement supérieur et la recherche pour combler Cinquante cinq ans de déficit et mettre sur orbite le label « ETUDIER AU SENEGAL ». Qui a fait mieux, de l’indépendance à nos jours ? Notre système d’enseignement supérieur et de recherche reconstruit à partir d’une réflexion endogène génitrice d’un programme assis sur nos réalités socioéconomiques et conforme aux normes internationales, retrouve une identité articulée au Plan Sénégal Emergent qu’il irrigue en ressources humaines de qualité.

          Il s’agit d’instaurer un système fiable, stable et efficient grâce à  l’amélioration du pilotage par la réforme de la gouvernance des établissements publics d’enseignement supérieur, avec pour objectif  l’amélioration des conditions académiques et sociales des étudiants. Cette nouvelle politique mise en œuvre par le Professeur Mary Teuw NIANE félicité à chaque occasion par qui de droit, ressuscite nos valeurs académiques émoussées.

        La gestion participative, transparente et vertueuse sera assurée grâce aux nouvelles dispositions introduites par la « Loi Cadre sur l’Enseignement Supérieur ». Par un relèvement du niveau de compétence des acteurs, l’Université, pourvoyeuse de savoir et de savoir faire, de savoir être et de savoir devenir, contribue à la mise en valeur et à l’exploitation rationnelle des ressources locales, dans une perspective de développement national.

 

          La compétence est loin de suffire pour faire un leader. Celui-ci doit avoir du caractère non pas pour inspirer la crainte ou la peur, mais simplement le respect qui force l’Autorité. Le caractère se forge. Il est la marque indélébile de l’« Etre» alliant le cœur et la raison dans une attitude expressive du « moi » profond. La personnalité en est le reflet. Incarner l’espoir d’un peuple ou d’un groupe aussi restreint soit-il, nécessite de solides épaules pour demeurer grand devant la douleur et humble dans la réussite. Grandeur et humilité sont des traits de caractère indispensables au leader.

            En homme d’actions, le Président avance, mu par sa foi dans la justesse des choix et l’effort surhumain d’amélioration de l’existant. Sa volonté d’engager et d’agir devient une cruelle nécessité contre les soubresauts inhérents aux changements réducteurs de privilèges. Cette noble motivation triomphe sur les inerties qu’engendrent la peur de l’inconnu ou l’instinct de conservation qui plombent les volontés. « Les choses sont difficiles parce qu’on ose pas ». Cette constatation de Sénèque justifie l’audace d’une démarche porteuse de développement, matérialisant des préoccupations longtemps ressassées. Ici le rêve est permis pour un peuple conscient que l’utopie d’hier devient réalité.

         Que dire des circonstances exceptionnelles qui sont des événements caractérisés par leur rareté ou leur envergure ? « L’occasion fait le larron » nous enseigne l’adage. Cet élément traduit la capacité à saisir les bonnes occasions, à transformer les contraintes et obstacles en opportunités pour « bondir et atteindre son but », comme disait l’autre.

         Ces éléments que nous venons de désigner comme fondateurs du leader nous éloignent de ce que certains appellent le « leader-né ». Ce dernier proviendrait d’une génération spontanée bardée de courage et possédant un art oratoire qui éblouit et fascine. Lui ne nous intéresse pas outre mesure parce qu’étant hors norme.          Nous voulons plutôt nous orienter vers le culte de la grandeur d’âme. Nous voulons surtout encourager la persévérance dans la prise d’initiatives heureuses, profitables à la collectivité.

          Titulaire d’un riche parcours académique et professionnel et refusant courageusement l’humiliation, Monsieur Macky SALL a su imposer son leadership accepté par les électeurs sénégalais parmi une bonne dizaine de candidats présidentiables. Les inconnus du calendrier divin façonnent le monde par la succession d’évènements révélateurs des grands hommes. Et le Président Macky SALL est entrain de marquer son époque, dans et hors du pays.

          Sa politique sociale axée sur le soutien aux couches vulnérables (Bourses Familiales et Couverture Maladie Universelle),  l’emploi des jeunes, l’élargissement de l’accès à un Enseignement Supérieur de qualité, l’accès universel à l’eau potable et à l’électricité, la sécurité alimentaire, physique et matérielle des populations, emporte l’adhésion d’un peuple avide de justice sociale.  Au plan économique, la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent vision salvatrice d’un Président au service de son peuple, réinstalle un espoir malmené par la gouvernance hasardeuse d’un régime libéralo-monarchiste.

              En Novembre 2014, le Sénégal posait de robustes jalons géopolitiques, diplomatiques, économiques et culturels en réussissant magistralement la tenue du 15ème sommet de l’Organisation Internationale de la Francophonie « OIF » à Dakar. L’humanité retiendra ces brillantes performances fruits d’un engagement personnel pour le rayonnement international du pays et l’amitié entre les peuples dans un contexte de mondialisation non encore maîtrisée.

         Au nom de la CEDEAO dont il exerce la présidence, le Président Macky SALL apporte soutien et réconfort, par devoir de solidarité, au peuple malien terrorisé par les colporteurs d’un Islam moyenâgeux. Ce même viatique l’avait auparavant conduit au chevet d’une population Burkinabé au rêve démocratique brisé dans sa décisive phase transitoire, par des nostalgiques d’un règne sans fin. La promptitude de réaction dans ces deux interventions, personnalise une organisation régionale renaissante, traduisant les profondes aspirations des peuples Africains, au bonheur et à la sécurité.

       L’invité de la COP 21 décrocheur d’un siège pour le Sénégal au Conseil de Sécurité des Nations Unies, élevé à la dignité de Grand-croix de l’Ordre International des Palmes Académiques par le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) heureux bénéficiaire de sa générosité contagieuse, en esprit libre et ouvert à tous les possibles, assume la responsabilité d’une gouvernance adaptée, pragmatique et évolutive, pour un développement endogène.

    « Le développement à long terme des individus et des institutions constitue la contribution la plus significative des leaders ». Cette remarque de KOUZES POSNER s’applique parfaitement au Président Macky SALL.

M Ibrahima DIAO Auditeur Diplôme

Coordonnateur APR   Commune de Fass NGOM

 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire