Dr Ndéné Mbodj , auteur du livre  » le Sénégal des enlisements »:  » Au Sénégal , tout est informel ».

0
227

Au lendemain de l’annonce des résultats des élections législatives du 30 juillet 2017, le professeur Ndéné Mbodji a présenté son livre « Le Sénégal des enlisements : Critique d’un paysage politique ».

Dans ce livre, le docteur émérite Ndéné Mbodji, docteur en philosophie de communication, se penche sur le processus de la marche à la démocratie dans le pays. Même si le Sénégal est présenté sur le plan international comme un modèle de démocratie car étant l’un des rares pays qui a réussi une alternence démocratique sans bain de sang, le professeur isiste, cependant, sur l’effet d’enlisement de ce modèle tant chanté, tant magnifié. A la suite d’une analyse sur l’utilisation de l’argent au Sénégal , que l’économie  dont le pays a besoin  doit être inspirée de la subvention et de la déduction fiscale.  C’est de cette façon seulement , dit-il , qu’on pourra cultiver et importer  ce qu’on  veut au Sénégal. Le coordonnateur de la cellule de communication et du dialogue social au CROUS a soutenu que notre économie doit nous revenir.

Mêlant références scientifiques occidentales et pensées philosophiques sur la négritude, le livre offre une approche profondément originale de la démocratie sénégalaise.

Cette dernière est saisie dans sa singularité même, analysée, vilipendée en elle-même pour elle-même, tout en reflétant les composantes universelles de la démocratie : influence contraste des médias, jeux dangereux des spins doctors, versatilité de l’opinion publique, voix peu audibles des intellectuels.

Ndéné Mbodj a essayé précisément dans ce livre de dénoncer sans concession mais non sans profondeur. C’est en quelque sorte une invitation au débat pour réinventer la démocratie sénégalaise.

En somme, ce livre présente un jugement dur certes, mais passionné, un jugement qui finalement ne condamne pas. Un jugement qui critique sévèrement le passé mais qui n’oblitère pas l’avenir.

 » Au Sénégal , il est temps que l’on revoit notre façon de traiter l’argent » . Cette recommandation est faite par Dr Ndéné Mbodj. Dans son ouvrage de 258 pages  , il fait le diagnostic  du milieu politique sénégalais. Dans un style assez violent , il s’est appesanti sur les 12 ans de régne de Me Wade pour inviter la jeunesse sénégalaise  et les étudiants à revenir à de meilleurs sentiments. Considérant que les étudiants ont laissé pourrir une situation qui les interpellait, il appelle les sénégalais , quel que soit leur domaine , de comprendre que le pays ne peut plus être laissé entre les mains des politiques.  » Le Sénégal nous appartient tous et chacun doit se sentir concerné par le devenir de ce pays » dit-il. Evoquant les 12 ans de Me Wade c’est juste selon lui un prétexte  pour parler  de l’avenir du Sénégal ,de l’appareil politique, des institutions et des fondés de pouvoir. Ceci pour amener les uns et les autres à prendre  conscience que « tôt ou tard nous reviendrons au grand Sénégal , différent du Sénégal d’aujourd’hui ».

Pas de commentaires

Laisser un commentaire