Lutte contre la fraude : Les douanes du Nord saisissent des produits contrefaits et 50 kgs de chanvre indien.

0
571

Des marchandises diverses (sucre, huile, farine, thé, savon…) d’une valeur de 6 580 000 F CFA, des produits contrefaits (allumettes, médicaments, couches bébé…) d’une valeur de 7 796 000 FCFA et 50Kgs de chanvre indien estimés à 3 500 000 FCFA, ont été saisis par les Douanes du Nord dans le cadre de la lutte contre la fraude dans la région de Matam durant 7 jours sur instruction du directeur général des Douanes. Une cérémonie de restitution de ces captures a été organisée au siège de la subdivision des Douanes de Matam sous la présidence du directeur régional le colonel Mbaye Ndiaye. Ce dernier devant ses agents, est revenu d’emblée sur le contexte de cette opération et a rappelé les raisons qui ont poussé l’Administration à envisager cette action d’envergure contre la fraude. « De multiples saisies, de marchandises frauduleuses, opérées récemment par les unités de surveillance que sont les brigades de Matam et de Ourossogui et le Poste de Semmé, nous ont alerté sur la recrudescence de la fraude commerciale dans la région. La plupart des villages riverains du fleuve sont devenus pour des contrebandiers, avides de gains faciles, des lieux privilégiés de débarquement et de dépôt de marchandises frauduleuses » a-t-il expliqué. Parallèlement selon le directeur des opérations douanières, des réseaux de trafic illicite de drogues et de médicaments contrefaits se développent aidés par la porosité des frontières et la multiplication des points de débarquement clandestins sur le fleuve. « On a dénombré plus de 16 points de passage clandestins dans la région » a-t-il révélé. Pour lui, il fallait donc une action énergique pour enrayer ces fléaux qui, non seulement, désarticulent l’économie du Sénégal mais affectent terriblement la santé et le bien être des populations. Il a rappelé les missions économiques, fiscales et sécuritaires de la Douane qui la prédispose à lutter contre les trafics aux conséquences économiques et sociales néfastes et protéger l’espace économique contre la fraude et tous les délits assimilés qui peuvent compromettre le développement du pays.  « Il s’y ajoute qu’aujourd’hui, le contexte sécuritaire imposé aux forces de défense et de sécurité de se mettre en état d’alerte maximale pour parer et faire face efficacement aux multiples menaces qui se présentent à nos frontières. C’est donc dans le cadre de nos missions classiques que la douane a mené cette activité qui a permis de faire ces saisies » a dit le directeur des opérations douanières.

Des contraintes à Matam qui limitent l’action des Douanes

Pour le Directeur régional des Douanes du Nord le colonel Mbaye Ndiaye, l’importance de ces saisies montre la qualité du travail abattu par la Douane. « Les éléments sont constamment sur le terrain et veillent à ce que les obligations de conduite et de déclaration en douane soient respectées » a-t-il précisé. Cependant, il n’a pas manqué de souligner les contraintes qui limitent l’action des douanes. « La première contrainte est d’ordre géographique (l’immensité de la région et la variété des points de passage de la fraude ne facilite pas l’action du service) » a-t-il dit. La seconde contrainte selon le colonel Ndiaye est d’ordre économique.  « Nous avons là des populations à faible pouvoir d’achat qui ont la propension d’acheter ou qui naturellement achètent des produits étrangers importés en contrebande moins cher que les produits venant de Dakar renchéris par les coûts du transport : ce qui fait de la zone tend à devenir une véritable plaque tournante de la fraude commerciale et de la fraude subsistance » a-t-il expliqué. La troisième contrainte est sociologique. « La fraude douanière n’est encore considérée par une frange significative et importante de la population comme une infraction : ce qui fait que les fraudeurs bénéficient encore de la complaisance voire du soutien des populations qui prennent parfois faits et cause pour eux, ce qui renforce les contrebandiers dans leurs desseins funestes contre l’économie » a soutenu M. Ndiaye.

Autorités et populations locales appuient les Douanes dans la mission

Pour faire face à ces difficultés, le colonel a magnifié le soutien des autorités dont le ministre des finances, le DG et le Directeur des opérations douanières qui à l’en croire, accordent une attention particulière à l’action de la Douane dans cette région sensible. « Pour preuve les effectifs de la Douane dans cette région ont été renforcés (doublement) avec pour la première fois la nomination d’un inspecteur commandant à la tète de la Subdivision, je veux nommer le brillant inspecteur Khoutoub qui est d’ailleurs un fils de la région de Matam » a-t-il martelé. Il a également remercié les autorités administratives et notamment le Gouverneur qui est le premier soldat de l’économie de la Région. En outre, la grande majorité des populations qui appuient la Douane ont eu les remerciements de l’autorité douanière. Pour lui, si la Douane est encore debout dans certains villages hostiles et réfractaires par rapport à l’action du service c’est que des citoyens honnêtes et soucieux de la légalité apportent de manière décisive leur contribution pour que le service puisse mener à bien ses missions.  Pour terminer, il a rappelé que la Douane n’est jamais contre les populations. « C’est une administration qui n’a d’autre légitimité que d’être au service de l’intérêt général et des populations. Mais son action est encadrée par le droit ; elle est chargée de faire appliquer la légalité. Parfois, il y a des incompréhensions de la part de certains sur les missions de la Douane ; parfois aussi il y a la volonté de certaines personnes de privilégier leur intérêt particulier, et là l’Administration par une approche pacifique et pédagogique mais ferme tente de les pousser à respecter les principes de base qui doivent encadrer les transactions internationales » a-t-il souligné. Il considère que les agents qui œuvrent pour l’intérêt général ne doivent pas être constamment exposés à de la violence gratuite des fraudeurs ou à la vindicte populaire : ils doivent être soutenus et appuyés.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire