Me Ousmane Ngom : «Aux législatives, nous aurions pu choisir la facilité».

0
198

Aux législatives, elle n’a pas pu réaliser son objectif principal : celui d’obtenir des sièges de député à l’Assemblée nationale. Pour autant, la coalition ‘‘Sénégal ca Kanam’’ n’est  complètement déçue par ces joutes électorales. Leur tête de liste nationale, Me Ousmane Ngom, s’en explique au sortir de leur première réunion d’évaluation.

«Mon premier sentiment à la lecture des résultats du scrutin, c’est un sentiment du devoir accompli. Nous avions choisi une voie difficile. Nous étions l’un des premiers à déclarer que nous étions de la mouvance présidentielle. Donc, nous aurions pu choisir la facilité et aller nous fondre dans Benno Bokk Yakaar  et crier avec les loups et puis c’est terminé. On aurait crié et volé au secours de la victoire. Nous avons choisi la voie la plus difficile, la voie d’exister d’abord. Et nous aurions pu, n’eussent été les pesanteurs et toutes sortes, de contraintes qui ont eu lieu à l’occasion de cette élection, faire beaucoup plus. Mais qu’à cela ne tienne. Nous avons au moins montré que nous existions, que nous avons pu progresser, mettre en place une structure à l’intérieur du pays, posé les jalons et les embryons d’une force d’avenir sur l’ensemble du territoire national. »

Compagnonnage avec le camp présidentiel ?

« L’autre sentiment que nous éprouvons, c’est un sentiment de satisfaction, puisque le camp présidentiel, auquel nous appartenons, a gagné les élections. Ça nous permet de poursuivre notre compagnonnage et de faire partager la vision que nous avons.  Je voudrais réaffirmer plus que jamais notre encrage au niveau du camp présidentiel, au niveau de la mouvance présidentielle pour dire qu’aujourd’hui, plus que jamais, que les politiques entamées doivent être poursuivies, amplifiées et accélérés pour que nous puissions aller le plus rapidement possible vers la démocratie accélérée. Et nous allons apporter notre contribution. »

«Ce que les législatives nous ont permis »

« Les législatives ne nous ont pas permis d’atteindre tous les objectifs que nous nous étions fixés, notamment une entrée à l’Assemblée nationale avec plusieurs députés. Mais, elles nous ont permis beaucoup d’autres choses. D’abord, avoir une visibilité pour notre coalition qui est née à 2 mois des élections. Nous avons été présents dans les 45 départements du pays et à l’étranger. Et nous avons eu des suffrages dans toutes les régions du pays. Le deuxième acquis c’est que nous avons fait une belle campagne, de l’avis général. Une campagne thématique qui a posé des problèmes, qui a montré une vision.

Par exemple nous avons pu expliquer ce qu’est la démocratie économique pour que les Sénégalais puissent apprécier et comprendre que c’est le pilier indispensable pour consolider et rendre irréversible la démocratie politique. Il faut montrer aux Sénégalais qu’il faut que nous allions vers la démocratie économique, c’est-à-dire la répartition juste des fruits de la croissance pour qu’il y ait une plus grande justice sociale. Et c’est comme ça qu’on pourrait lutter contre le chômage des jeunes, les inégalités sociales, consolider la paix sociale et rendre irréversible la démocratie politique.

Cette campagne nous a permis de faire un maillage du territoire national. Nous venons de bâtir une force d’avenir qui va trouver sa place sur l’échiquier politique national, pour demain devenir l’une des forces les plus importantes de notre pays. »

Pas de commentaires

Laisser un commentaire