Saint- Louis : Le maître coranique M.S. condamné à 2 ans ferme pour détournement de mineure et attentat à la pudeur.

0
846

L’observateur qui a paru ce Samedi est revenu sur une affaire qui a défrayé la chronique à Saint- Louis ces jours derniers. C’est celle du maître coranique M.S. qui a été accusé du délit de viol, attentat à la pudeur et pédophilie sur une mineure de 15 ans . Trainé à la barre du tribunal il a été relaxé de ce délit mais condamné à 2 ans ferme pour détournement de mineure et attentat à la pudeur.

Et le quotidien de souligner que le mis en cause est un enseignant arabe à Saint- Louis âgé de 55 ans, marié et père d’enfants. Au cours des débats la victime a révélé que son « bourreau » M.S l’a déshabillé à moitié pour satisfaire sa libido. « Il a enlevé mon pantalon pour introduire ses mains dans mes parties intimes. J’ai refusé au départ, mais à force d’insister j’ai fini par céder » a-t-elle raconté à la barre. Selon la fille, elle a fait la connaissance avec l’homme en octobre. « J’attendais le bus pour se rendre à mon école vers 14 heures, il s’est arrêté à mes pieds avec sa voiture et m’a proposé d’y m’amener. Nous avons discuté de tout et de rien et ce même jour revenant de l’école, je l’ai retrouvé à la place Faidherbe et il m’a proposé encore de me ramener chez moi » a-t-elle raconté. Et depuis ce jour, tous deux se rencontraient. Selon la victime à la barre, le maître coranique l’a amené deux fois à l’hydrobase, derrière l’hôtel Coumba Bang mais aussi dans un terrain vague et isolé à Pikine. « On restait dans le véhicule aux vitres teintées et il faisait des attouchements et m’offrait ensuite de l’argent, 2000, 5000, voire 10 000 » a-t-elle expliqué.

C’est le père de la victime qui a constaté le changement de son train de vie lorsqu’une fois il a vu sa fille rentrer à la maison vers 21 heures à bord d’un taxi. La victime de souligner que le maître lui a proposé de coucher avec lui, mais elle a toujours refusé.  Le mis en cause a nié en bloc, déclarant n’avoir jamais touché la fille avant de reconnaître l’avoir conduit à son école. Des dénégations qui n’ont pas fait tache d’huile aux yeux du parquet selon qui « les déclarations de la fillette sont étayées par l’examen gynécologique faisant état de déchirures hyménales ». Fort de quoi, il a requis 10 ans. Selon Mes Moustapha Diop, Alioune Abatalib Gueye et Ababacar Nam de la défense, aucun délit ne peut être retenu contre leur client.

En conséquence ils ont plaidé la relaxe pure ou à défaut au bénéfice du doute. Au final M. S relaxé du délit de viol, a été condamné à 2 ans ferme pour détournement de mineur à la pudeur.

 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire